Taux révisables et taux variables : comment ça marche ?

Avant la signature d’un contrat d’emprunt immobilier, la banque vous demande de choisir le taux d’intérêt qui accompagnera le crédit. Dans le choix d’un taux non fixe, vous disposez d’une alternative entre un taux variable et un taux révisable. Découvrez le mode de fonctionnement de ces 2 formes de taux d’intérêt.

Le taux révisable, comment ça marche ?

Le crédit immobilier à taux révisable implique une révision du taux d’intérêt de part de la banque de manière périodique. Généralement, l’examen a lieu à chaque date d’anniversaire du prêt. L’inspection varie en fonction de l’indice des taux établis par l’Euribor (Euro Interbank Offered Rate). Il convient de rappeler que ce dernier correspond à un indice auquel toutes les institutions bancaires de la zone euro se réfèrent pour fixer leurs taux d’intérêt. Il existe 2 types d’Euribor : celui à 3 mois et celui à 12 mois. Les organismes de prêt ajoutent ensuite leur propre marge variant de 1 à 3 %. Celle-ci est calculée selon la situation du débiteur. Le taux révisable apporte quelques avantages, dont la possibilité de rembourser le crédit avant son échéance. Il permet également aux prêteurs de bénéficier des fluctuations du marché.

Quid du taux variable ?

Le prêt immobilier à taux variable renvoie à un crédit avec un taux d’intérêt qui change à la hausse ou à la baisse. Dans le cadre d’un crédit à taux fixe, le taux d’intérêt versé à la banque est identique tout au long de la durée du remboursement. Ainsi, l’emprunteur et le prêteur connaissent à l’avance la période de versement, la somme des échéances, etc. Cependant, avec un taux variable, les 2 parties se soumettent à l’indice de référence de l’Euribor. Par ailleurs, les débiteurs choisissent de conclure un contrat de prêt à taux variable pour financer l’achat ou la construction d’une résidence secondaire et non d’une résidence principale. Ce genre de crédits permet de réduire la durée de l’acquittement.

La différence entre taux révisable et taux variable

Il faut noter que certaines personnes confondent le taux révisable et le taux variable. Toutefois, ces termes présentent une différence. Le point de distinction réside dans la valeur du taux d’intérêt. En effet, un crédit avec un taux variable fluctue à la hausse ou à la baisse et n’impose aucune limitation. C’est pourquoi ce genre de prêts soulève un certain risque si la durée du crédit est sur le long terme (plus de 7 ans). En guise de compensation, le taux offert est très attractif. Par contre, le taux révisable est limité à 1 point ou plus. Dès la signature de la clause, les 2 parties connaissent le niveau maximum de fluctuation en cas de forte hausse ou baisse.

Prêt immobilier, le montant idéal de l’apport (récup)
Optimiser votre profil d’emprunteur : mode d’emploi